Cette auberge-là a une triste histoire. Elle appartenait à un couple diabolique, assassin, sorcier et cannibale (enfin selon les rumeurs multiples et variées), et ce couple a fini sur le bucher, il y a une dizaine d'années. Rachetée pour un rien, elle appartient désormais à un souple charmant qui essaie de faire oublier le lourd passé de la bâtisse, à grand renfort de quiches, de soufflés, de brochettes bœuf et comté et de tartes aux prunes. Toutefois, il ne se passe pas trois mois sans que l'on y découvre un cadavre. Que ce soit dans une cache au fond de la cuve à eau, sous la murette écroulée du jardin ou dans le double fond d'une armoire, on se trouve souvent nez à nez avec un squelette mal blanchi, ou bien un crâne grimaçant. Cela ajoute un rien de pittoresque, me direz vous...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir